Médicament contre l'ostéoporose non disponible: quelles alternatives ?

BRUXELLES, le 4 juillet 2019 - La liste des médicaments qui ne sont plus disponibles à la pharmacie s'allonge chaque semaine. La liste compte actuellement 448 ruptures de stock.

Le médicament Alendronate, l'un des traitements les plus couramment utilisés contre l'ostéoporose, est également maintenant affecté. L'ostéoporose ou "perte osseuse" est une maladie qui fragilise les os et augmente le risque de fracture des vertèbres, des hanches ou d'autres os.

Le nombre de patients atteints prenant ce médicament est actuellement incertain, mais en 2009, plus de 2/3 des patients souffrant d'ostéoporose en Belgique et prenant des médicaments anti-ostéoporotiques prenaient de l'Alendronate (équivalent à près de 150 000 patients).

Le problème est global et concerne toutes les entreprises qui le commercialisent, en raison d'un problème de production de la matière première. De nouvelles livraisons ne sont pas attendues avant fin décembre 2019, au plus tôt.

« Nous avons fréquemment des questions de patients, de médecins généralistes ou de pharmaciens sur des alternatives possibles », explique le Professeur J-J Body, un des spécialistes de l'ostéoporose en Belgique et membre du Belgian Bone Club (BBC). « Si l’attitude à avoir est fonction de chaque patient, des lignes directrices pour des solutions de remplacement sont souhaitables. Arrêter de prendre un traitement pharmacologique et ne plus prendre que des suppléments de calcium et de vitamine D n'est pas une bonne idée pour la plupart des patients. »

L'Alendronate est un médicament habituellement pris une fois par semaine (70 mg). À l'heure actuelle, la dose de 10 mg à prendre quotidiennement, ainsi que l'association de l'Alendronate et de la vitamine D sur base hebdomadaire, restent disponibles, mais la rupture de stock commence également à se faire sentir.

Les alternatives

L'Alendronate appartient à la classe des Bisphosphonates. Diverses alternatives sont disponibles dans cette classe.

Le premier choix recommandé par les experts du BBC est le Risedronate. C'est un médicament qui peut également être pris une fois par semaine. De cette manière, la confusion chez les patients quant au dosage correct peut également être évitée. Le médicament est également bien toléré et protège contre les fractures des vertèbres, de la hanche et d’autres fractures ostéoporotiques.

Une autre alternative est l'Ibandronate. Cependant, le BBC tient à souligner qu’il est très important que la dose correcte soit respectée, à savoir 1 comprimé par mois (et non par semaine). De plus, l'Ibandronate ne dispose que d'une protection prouvée contre les fractures des vertèbres, mais pas contre les fractures de la hanche. D'autre part, il s'agit également d'un médicament facile à prendre et bien toléré.

Les médicaments contre l'ostéoporose sous forme orale sont disponibles en Belgique sans autorisation préalable de la caisse d'assurance maladie. Les médicaments sous forme d'infusions ou d'injections sont plus chers et ne sont remboursés qu'après accord préalable du médecin-conseil de la mutuelle.

Durée de traitement

L'Alendronate étant un médicament à très longue durée d'action, le médicament restera actif plusieurs mois lorsque le patient le prend depuis au moins 1 an. Même si la durée d’un traitement doit être évaluée au cas par cas, le BBC souhaite fournir des recommandations générales concernant la durée correcte du traitement par l’Alendronate.

Dans la plupart des cas, le traitement est prescrit pour une période d'au moins 5 ans. Certains patients peuvent arrêter le traitement après 5 ans. Pour d'autres, un traitement pendant 10 ans est recommandé. Les patients pour lesquels nous pouvons interrompre le traitement en toute sécurité après au moins 5 ans de traitement doivent répondre aux critères suivants:
• Aucun antécédent de fracture de la hanche, de vertèbre ou de plusieurs autres fractures (avant ou pendant le traitement)
• Pas de T-score de -2,5 ou moins à la densitométrie osseuse
• Pas de risque nettement accru de fracture basé sur les facteurs de risque cliniques

Ces critères ne s'appliquent a priori pas au Risedronate ni à l'Ibandronate, pour lesquels l'interruption du traitement n'a pas fait l'objet d'études suffisantes.

Enfin, le BBC recommande de contacter un spécialiste local de l'ostéoporose en cas de questions ou de doutes.