Ostéoporose, densitométrie et médicaments.

 Le Belgian Bone Club a pris connaissance des récents articles de presse relatifs à l'utilisation de la densitométrie osseuse, dans le cadre du dépistage de l'ostéoporose et l'ambigüité de certaines notices des médicaments de cette maladie.

 Le Belgian Bone Club se réjouit qu'un certain nombre de points, sur lesquels il attire l'attention depuis plusieurs années, aient été relevés dans ces articles. Plus spécifiquement, le Belgian Bone Club

1. Rappelle que l'ostéoporose est une maladie chronique dont la morbidité et la mortalité sont comparables à celle, par exemple, du cancer du sein, chez la femme européenne ménopausée. Toutes les trente secondes, une fracture du col du fémur survient dans la Communauté Européenne. Sans une stratégie cohérente de dépistage, de prévention et de traitement, le nombre de fractures ostéoporotiques sera multiplié par cinq d'ici à l'an 2050.

 2. Rappelle que l'ostéodensitométrie est le test le plus fiable pour prédire, isolément, le risque fracturaire d'une femme, après la ménopause. En cela, sa valeur prédictive est égale à celle de la mesure du cholestérol sérique pour la prédiction du risque d'infarctus du myocarde et à celle de la prise de la tension artérielle pour la prédiction du risque d'accident vasculaire cérébral.

3. Rappelle que l'examen d'ostéodensitométrie ne doit pas être réalisé, de manière systématique, chez toutes les femmes, à la ménopause. Sa prescription se place dans un contexte d'évaluation globale du risque absolu de fracture. Dans une perspective de gestion rationnelle du coût de la santé, un examen d'ostéodensitométrie devrait être réalisé chez des patients présentant un ou plusieurs facteurs cliniques additionnels de risque de fracture. Ceux-ci incluent, de manière non-exhaustive, une ménopause précoce, une histoire familiale de fracture du col du fémur, une fracture pathologique avant la ménopause, un tabagisme, une consommation exagérée d'alcool, un indice de masse corporelle inférieur à la norme, la prise de corticostéroïdes, l'existence d'une pathologie rhumatismale'inflammatoire,...

 4. Regrette qu'à l'heure actuelle, le remboursement des médicaments, en Belgique, soit uniquement focalisé sur une valeur arbitraire de la densité minérale osseuse. Différents algorithmes, dont celui développé par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en collaboration avec la Fondation Internationale de Lutte contre l'Ostéoporose (IOF) permettent de prédire, de manière individuelle le risque absolu (pourcentage de risque) de fracture, d'une femme, quel que soit son âge, pour les dix années à venir. Cette approche permet de rationnaliser le traitement de l'ostéoporose en réservant la prescription et le remboursement des médicaments aux patients qui présentent un risque fracturaire élevé, résultant non seulement d'une densité osseuse basse mais aussi de la combinaison de différents facteurs de risque indépendants de la densité osseuse.

 5. Dénonce les limitations apportées par l'INAMI/RIZIV à une prise en charge multidisciplinaire de l'ostéoporose, limitant le remboursement de l'ostéo-densitométrie à certaines spécialités médicales, privant donc de facto, le patient d'une évaluation adéquate et globale de son risque fracturaire (aspects gynécologique, endocrinien, gériatrique) ou d'une prise en charge exhaustive (rééducationnelle) de cette pathologie. Le Belgian Bone Club rappelle qu'une telle situation est contraire aux recommandations internationales de prise en charge de l'ostéoporose, qui insistent sur son caractère multidisciplinaire. L'attitude des autorités belges de Santé publique met en danger la sécurité et le bien-être des patients et a été dénoncée, par les plus hautes autorités scientifiques internationales dans le domaine concerné.

 6. Recommande, indépendamment du traitement pharmacologique de l'ostéoporose, de privilégier les traitements non médicamenteux de cette pathologie, incluant les aspects diététiques, l'exercice physique, la normalisation des carences en Calcium et en Vitamine D ainsi que l'élimination des facteurs exogènes de chute.

 7. Encourage les laboratoires pharmaceutiques à faire preuve d'une totale transparence dans l'information des médecins sur les risques d'effets secondaires engendrés par les médicaments de l'ostéoporose, particulièrement pour les effets secondaires rencontrés dans le cadre d'essais thérapeutiques en cours mais aussi après leur commercialisation.

8. Rappelle toutefois que, dans la pharmacopée actuellement disponible en Belgique, les médicaments de l'ostéoporose se situent parmi ceux dont l'utilisation, à long terme, engendre, quantitativement et qualitativement, le moins d'effets secondaires sérieux.

 Le Belgian Bone Club rappelle que ces différents éléments ont déjà été développés et portés à l'attention du corps médical et des autorités de santé, à travers plusieurs consensus d'experts, publiés dans les meilleures revues internationales sous la signature de membres du Belgian Bone Club ou de Sociétés Internationales sœurs.

 

- Extraskeletal benefits and risks of calcium, vitamin D and anti-osteoporosis medications
JJ Body, P. Bergmann, S. Boonen, JP Devogelaer, E. Gielen, S. Goemaere, JM Kaufman, S. Rozenberg, JY Reginster
Osteoporosis International (2012) 23 (suppl 1) : S21-S23 - DOI
10.1007/s00198-011-1891-8

-Evidence-based guidelines for the pharmacological treatment of postmenopausal osteoporosis : a consensus by the Belgian Bone Club
JJ Body, P. Bergmann, S. Boonen, Y. Boutsen, JP Devogelaer, S. Goemaere, JM Kaufman, S. Rozenberg, JY Reginster
Osteoporosis International, 2010, 21 : 1657-1680 - DOI
10.1007/s00198-010-1223-4
Published online 18 May 2010.

-Non-pharmacological management of osteoporosis : a consensus of the Belgian Bone Club
JJ Body, P. Bergmann, S. Boonen, Y. Boutsen, O. Bruyère, JP Devogelaer, S. Goemaere, N. Hollevoet, JM Kaufman, K. Milisen, S. Rozenberg, JY Reginster
Osteoporosis International, 2011, 22:2769-2788 - DOI 10.1007/s00198-011-1545-x
Published online 01 March 2011.

  -European guidance for the diagnosis and management of osteoporosis in postmenopausal women
JA Kanis, EV McCloskey, H. Johansson, C. Cooper, R. Rizzoli, JY Reginster
Osteoporosis International 2012 accepted in print

-Evidence-based guidelines for the prevention and treatment of glucocorticoid- induced osteoporosis : a consensus document of the Belgian Bone Club
JP Devogelaer, S. Goemaere, S. Boonen, JJ Body, JM Kaufman, JY Reginster, S; Rozenberg, Y. Bousten
Osteoporosis International 2006, 17:8-19

Le Belgian Bone Club est une Association Sans But Lucratif (ASBL) de droit belge, créée en 1985, qui regroupe tous les centres universitaires et la majorité des praticiens et scientifiques belges impliqués dans la prise en charge, diagnostique, préventive et thérapeutique des maladies osseuses, et plus particulièrement de l'ostéoporose. Il s'agit d'une association nationale, pluraliste et multidisciplinaire.